Accueil » Le Magazine • nouveaux spas & lieuxZoom sur ...

Le Domaine de Marlioz retrouve ses lettres de noblesse

22 juin 2020 Pas de commentaire

C’est à Aix-Les-Bains, la « Riviera des Alpes » et destination thermale par excellence, que le Domaine de Marlioz est en train d’écrire une nouvelle page de son histoire. Deux ans après avoir été repris à Accor par le groupe hôtelier CFH (Compagnie Française d’Hôtellerie), l’établissement offre un tout nouveau visage depuis quelques jours, avec l’inauguration de bâtiments entièrement remodelés dans un style à la fois moderne et cocooning. Des travaux techniques (climatisation…) avaient déjà été réalisés après leur acquisition dans les deux hôtels du site, un Mercure**** de 60 chambres de 29 m² (toutes avec terrasse) et un Ibis Style*** de 100 chambres.

Mais depuis, ce sont plus de 5 millions d’euros qui ont été injectés pour rénover le Mercure cet hiver, ainsi que son espace bien-être de 800 m². « La réouverture était prévue début avril, mais avec l’épidémie du Covid-19, nous avons dû la repousser au mois de juin », indique Gilles Saint-Marcel, le directeur du site. L’Ibis Style ? L’hiver prochain, les salles de bains devraient être refaites, et les chambres redécorées. Quant aux Thermes de Marlioz, spécialisés en ORL et dans les affections des muqueuses bucco-linguales, ils devraient retrouver un air de jeunesse avec le lifting de leur façade historique, prévu cet été. « L’intérieur va également être refait. Nous comptions le faire l’hiver prochain, mais étant donné la situation, nous allons certainement reporter l’investissement à l’hiver 2021. Nous envisageons de passer en postes multi-soins et de créer une salle de soins premium, pour gommer les codes médicaux », précise le dirigeant.

Au total, plus de 8 millions d’euros vont ainsi être mis sur la table pour mener à bien ce projet, destiné à redonner ses lettres de noblesse au Domaine. Celui-ci a été confié à l’agence parisienne A26 Igloo Architectures, après une consultation réalisée auprès des clients, du personnel et des institutionnels locaux. Pour réinventer cette destination plantée dans un parc d’une dizaine d’hectares, l’agence a travaillé sur un fil rouge architectural, fondé sur les quatre éléments : eau, terre, air, feu. Le résultat est visible depuis le 15 juin dernier, avec la réouverture du Mercure, du restaurant Biõz – orchestré par le chef Cédric Szajnerman -, et du bar Flõ, repensé pour s’ouvrir davantage sur les terrasses et les extérieurs.

La réouverture de l’espace bien-être a suivi le 20 juin. Implanté sur 800 m², il est relié directement au Mercure et a été totalement remanié. On y trouve notamment un spa Nuxe flambant neuf (en lieu et place d’Origine), contrat d’exclusivité à l’appui sur les communes d’Aix-Les-Bains, d’Annecy et de Chambéry. Les salles de soins sont moins nombreuses qu’avant, mais elles sont plus vastes et se composent désormais de trois cabines simples et d’une duo. L’espace bien-être abrite également une piscine intérieure, un jacuzzi (8 places), un coin fitness, un hammam et désormais un bassin extérieur, tous en libre accès pour la clientèle des deux hôtels, indique le responsable. Sans oublier l’espace de balnéothérapie entièrement refait, lui aussi, avec son bassin multijets et ses 11 cabines de soins (1 Iyashi Dôme, 3 enveloppements, 3 bains bouillonnants, 1 Spa Jet, 1 massothermie…).

Quant à l’ouverture des thermes de Marlioz, elle est prévue pour le 13 juillet. Situé à une centaine de mètres dans le parc, l’établissement accueille 3000 curistes conventionnés par an et générait jusqu’ici 15% environ du CA global du Domaine. « Pour l’instant, nous réalisons un chiffre d’affaires minime avec les curistes non conventionnés, mais je suis persuadé qu’il y a un gros potentiel, notamment parmi notre clientèle étrangère. Nous ne sommes pas loin de la Suisse et les touristes Chinois sont friands de nos soins thermaux et des propriétés de notre eau sulfurisée calcique », détaille Gilles Saint-Marcel. Avant de préciser : « notre parc de 10 hectares est une vraie valeur ajoutée. Nous allons retravailler la promenade entre nos différents établissements pour faciliter les déplacements et finir de bien aménager le site ».

Grâce à cette rénovation d’envergure, le groupe CFH entend développer l’activité de l’établissement. Jusqu’ici, elle était générée par la clientèle loisirs à hauteur de 50% environ, le solde étant réalisé par les thermes et un centre de convention de 14 salles. Avec l’inauguration du spa Nuxe et l’évolution de la restauration, l’objectif est aussi d’en faire un lieu de vie pour la population locale et régionale. « Avant la rénovation, 80% de notre clientèle spa était logée. Désormais, nous espérons drainer une clientèle extérieure plus importante, à hauteur de 50% », indique-t-il. Côté restauration, le dirigeant table sur 40 000 à 50 000 couverts par an, activité de séminaires comprise. Pour y parvenir, le chef et l’équipe ont notamment misé sur une cuisine bistronomique à base de produits locaux au Biõz. Au bar le Flõ, la carte propose healthy drinks, pâtisseries maison, planches de charcuteries et de fromages locaux, vin au verre, tapas le soir… De quoi créer le désir et imposer son style dans la troisième station thermale française, qui abrite également les Thermes Chevalley, exploités par Valvital. Le Domaine de Marlioz a été repris par la CFH en 2018 : une première incursion dans le domaine du bien-être et des thermes pour ce groupe hôtelier français de 20 hôtels, présidé par Jean-Louis Meyer.

Anne Autret

Laissez un commentaire !

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.