Accueil » L’Actu en bref en 2020

L’Actu en bref en 2020

La marque de cosmétique bio Biovive, fondée sur la gemmothérapie, signe désormais ses propres soins signatures. S’appuyant sur la stimulation des fascias pour revivifier les tissus, elle a imaginé trois soins visage (détoxifiant, anti-âge, nutrition intense) et deux soins corps (détoxifiant, apaisant). Sa méthode Bioénergétique® emprunte trois grandes gestuelles : les étirements et les pressions sur les articulations, les vibratoires et les bascules, ainsi que des manœuvres en surface et en profondeur. Chaque soin dure 50 minutes et le prix indicatif est de 80 € (18/09/2020).

Le groupe Nuxe est devenu partenaire de la Fondation GoodPlanet, s’engageant ainsi à soutenir les missions de développement durable portées par l’organisme fondé sous l’impulsion du photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand. La marque de cosmétiques créée par Aliza Jabès s’implique plus particulièrement dans le projet « Femmes et Agriculture Durable », en accompagnant des agricultrices vers la transition écologique. Créée en 2005, la Fondation GoodPlanet travaille sur ce projet avec le réseau des CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural), un acteur associatif qui milite pour une agriculture autonome et solidaire. Ceux-ci accompagnent 15 groupes d’agricultrices à travers la France, soit environ 200 femmes (18/09/2020).

Carton plein pour le Castel Clara Belle-Ile Thalasso & Spa cet été ! L’établissement repris par Paris Inn Inn en 2019 enregistre d’excellents taux d’occupation côté hébergement depuis sa réouverture fin juin : 83% en juillet, 97% en août et 74% en septembre. Côté spa, un partenariat le lie désormais à la marque Nuxe, en lieu et place de Sothys, son partenaire historique. A noter que des travaux de rénovation de l’hôtel, du restaurant et de la thalasso dirigée par Carine Gallen sont prévus dans les prochains mois (02/09/2020).

Harris Interactive a mené une enquête en ligne pour Weight Watchers afin de sonder le bien-être des Français à la rentrée. Bilan ? Seuls 25% estiment que leur hygiène de vie s’est globalement améliorée par rapport aux mois précédents. La perspective de la rentrée suscite une certaine réticence : 71% se déclarent « inquiets », 54% « stressés », 44% déjà « fatigués » et seulement 24% « impatients ». Dans ce contexte, une majorité exprime le besoin prioritaire de se sentir bien à la fois dans leur tête (89%) et dans leur corps (88%), en prenant notamment plus de temps pour eux (79%). Par ailleurs, 65% du panel ressentent le besoin de changer quelque chose pour agir sur leur bien-être physique (65%) et moral (62%). Selon ce sondage, les Français auraient pris 0,3 kilo en moyenne pendant l’été. Enquête menée les 18 et 19 août 2020. Échantillon de 1 057 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e) ; 02/09/2020).

Le groupe hôtelier Accor a créé le label ALLSAFE et le décline dans l’ensemble de ses établissements, toutes marques confondues : Covid-19 oblige. Elaboré avec le soutien de Bureau Veritas, ce label intègre une assistance médicale partout dans le monde, suite à un accord passé avec le groupe Axa (15/07/2020).

L’Académie nationale de médecine a émis des recommandations drastiques pour contrôler l’accueil et la prise en charge des curistes dans les établissements thermaux. Raisons invoquées : il s’agit majoritairement de personnes âgées, souvent porteuses de facteurs de co-morbité. « Les soins hydrothermaux rapprochent patients et professionnels dans un milieu chaud et humide, favorable à la survie et à la transmission de micro-organismes par voie respiratoire ainsi que par les contacts directs ou indirects », peut-on lire aussi dans le communiqué. Outre les conseils classiques (respect des gestes barrière et de la distanciation physique, nettoyage et désinfection quotidiens, traitement de l’air…), elle préconise un test de dépistage nasal (RT-PCR) chez tous les curistes dans les cinq jours précédant le début des soins thermaux, ainsi que la prise quotidienne de la température lors de l’entrée dans l’établissement thermal. Autres recommandations : la suspension de tous les soins collectifs en atmosphère de brumisation jusqu’à la fin de l’épidémie, le chauffage des boues thermales à 70°C pendant 30 minutes avant chaque utilisation, et la mise en place dans chaque station d’une cellule Covid-19, en lien avec la direction de l’ARS chargée de la sécurité sanitaire (16/06/2020).

Cinq Mondes, c’est reparti ! A partir du 22 mai, la marque va procéder à la réouverture de ses 7 spas détenus en propre (au nombre de 4 actuellement) ou exploités en franchise en France. Parmi les précautions prises : port du masque obligatoire et systématique, gel hydro-alcoolique disponible dans toutes les cabines, respect du mètre de distance à l’accueil, désinfection systématique des cabines entre chaque soin, formation des spa-thérapeutes aux gestes d’hygiène par un médecin et paiement par carte bancaire recommandé. Ailleurs, la reprise des activités se fera de façon progressive, au gré de la stratégie de déconfinement menée dans chaque pays. Au total, Cinq Mondes exploite en propre ou en franchise 22 spas à travers le monde. La marque est présente dans 1000 spas et instituts de beauté à l’international, dont la moitié dans l’Hexagone (19/05/2020).

Les travaux menés par les professionnels du secteur HCR ont permis la réalisation d’un code de bonne conduite sanitaire pour l’ensemble des professionnels du secteur. Ce guide a fait l’objet d’une consultation des organisations syndicales et a été rédigé en concertation avec les services de l’état. Il s’organise en 10 thématiques : engagement de la direction, communication interne, distanciation au sein des équipes, hygiène (fréquence des lavages de mains, gestion des flux entrants et sortants, etc.), nettoyage et désinfection, gestes barrière dans la relation client (disponibilité de gel hydroalcoolique, tables servies par une seule personne en même temps, etc.), gestion des paiements (sans contact privilégié), encadrement, gestion des cas possibles ou confirmés, analyse des risques. Il pourra encore évoluer, après avis des autorités sanitaires (15/05/2020).

Une étude récente réalisée par Mintel sur la consommation des Français* pendant le confinement montre que la pandémie a stimulé la demande pour des produits locaux. Selon la société d’études, 73 % des consommateurs déclarent préférer utiliser des produits de beauté et de soin fabriqués avec des ingrédients issus de leur région. Plus d’un sur deux (55 %) se disent même prêts à payer plus cher pour les obtenir. Un tiers du panel déclare par ailleurs avoir fait usage d’aliments et de boissons « fonctionnels », réputés bénéfiques pour leur système immunitaire. Le pourcentage grimpe à 42% dans la tranche d’âge des 45-54 ans. Enfin, 54% des Français estiment que les soins de beauté et de toilette sont un moyen pour eux de se relaxer. «A long terme, l’épidémie du COVID-19 va mettre l’accent sur l’importance de la sécurité alimentaire et de l’hygiène dans tous les aspects de nos vies (…). En positionnant leurs produits autour du bien-être physique et mental, les marques seront en mesure de répondre à cette demande », estime Caroline Roux, analyste global food & drink chez Mintel. *Base : 1 000 adultes français âgés de 16 ans et plus, du 27 mars au 6 avril 2020 et du 21 avril au 29 avril 2020 (14/05/2020).

Les hôtels et restaurants Relais & Châteaux ont commencé à réinventer leurs manières de recevoir leurs clients. Le groupement a notamment fait appel au bureau de contrôle Véritas, afin de l’accompagner dans la mise en place de nouveaux gestes métiers sécurisés d’un point de vue sanitaire. Au-delà, il travaille également sur la création de nouvelles offres pour trouver des relais de croissance et recruter une nouvelle clientèle : week-ends et semaines à thème, organisation de pique-niques, lancement de nouveaux services de repas à emporter et de livraisons à domicile, à l’image d’Olivier Nasti, au Chambard (Kaysersberg, Alsace), qui cuisine 400 repas par jour, ou du chef marseillais Gérald Passédat, qui a créé un drive-in « gastro » au Petit Nice (07/05/2020).

D’après la FEBEA (Fédération des Entreprises de la Beauté), 1,2 million de litres de gel hydroalcoolique sont produits chaque semaine en France par les entreprises du secteur cosmétique (source : Direction Générale des Entreprises). Soit un tiers de la production nationale… Depuis qu’un arrêté ministériel (du 13 mars 2020) les y autorise à titre dérogatoire, au moins 50 sociétés implantées partout en France ont reconverti une partie de leur outil de production pour répondre à l’urgence sanitaire. Selon Patrick O’Quin, président de la FEBEA, la demande devrait fortement progresser à partir du 11 mai, début du déconfinement, et se maintenir à des niveaux élevés. « Nous estimons qu’il faudra doubler la production nationale pour répondre à la demande », chiffre-t-il (01/05/2020).

Un mois après son lancement, l’opération « Tous Unis contre le virus » lancée par la Fondation de France, l’AP-HP et l’Institut Pasteur a réuni 20 millions d’euros, avec la participation également de nombreux sportifs de haut niveau qui ont rejoint le mouvement. Depuis, plus de 250 projets ont été engagés partout en France, afin de soutenir les soignants et les patients hospitalisés, la recherche et les personnes vulnérables, pour un montant proche de 11 millions d’euros. Aide à la création d’une filière de fabrication de masques homologués, envoi de matériel médical (respirateurs légers, équipements bio-médicaux…) à plusieurs hôpitaux, développement d’une solution de télémédecine (Covidom©) par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris pour suivre à domicile les personnes présentant une forme légère à modérée du Covid-19… D’ores et déjà, quelque 11 millions d’euros ont été mis sur la table, grâce au geste des 100 000 donateurs et de plus de 300 entreprises (27/04/2020).

Selon l’Académie Nationale de Médecine, l’âge moyen des malades infectés par le Covid-19 est de 61 ans en France. Un tiers a plus de 65 ans : 25% entre 65 ans et 74 ans et 8% plus de 75 ans. Les trois-quarts des décès (74%) surviennent chez les plus de 75 ans, conséquence des comorbidités et de leur état de dépendance (20/04/2020).

Le groupe hôtelier Anantara, spécialiste du spa, montre le chemin de la green attitude, avec la refonte récente de sa gamme de cosmétiques en propre. Exit, les ingrédients chimiques : désormais, l’ensemble des soins destinés à la cabine et à la revente sont tous à base d’ingrédients à 100% naturels. Anantara Spa exploite plus de 40 spas dans 16 pays en Asie, dans l’océan Indien, au Moyen-Orient, en Afrique, en Amérique du Sud et en Europe (08/04/2020).

Le groupe Barrière a inauguré le Carl Gustaf à Saint-Barthélémy. Cet hôtel 5 étoiles de 23 chambres, suites et bungalows offre une décoration signée du cabinet d’architecture d’intérieur parisien Gilles & Boissier. Il abrite un restaurant Fouquet’s (cartes signées par Pierre Gagnaire), un espace fitness, une salle de relaxation, un studio de yoga et un spa Diane Barrière. Marque partenaire : Biologique Recherche (07/04/2020).

Le magazine BtoB Beauty Forum a été lancé en Belgique sous la forme d’un bimensuel francophone. Six numéros étaient prévus initialement : le premier daté de février/mars est paru, mais la sortie du second a dû être repoussée en mai : Covid-19 oblige. Chaque numéro totalise une soixantaine de pages de rédaction, dont la moitié dédiée aux informations locales et la moitié extraite de la version française. Le magazine Beauty Forum est édité par Health & Beauty France, dirigé par Pradip Bala, qui organise également le salon Beauty Forum ou encore les Beauty Business Days en région. Il est dans le giron du groupe italien BolognaFiere Cosmoprof depuis fin 2018 (07/04/2020).

La fabrication de gels hydro-alcooliques par la filière cosmétique était freinée par la pénurie de certaines matières premières. Qu’à cela ne tienne : un arrêté publié le 20 mars autorise désormais les industriels à recourir à un large choix de gélifiants et d’humectants, ainsi qu’à plusieurs catégories d’alcool. Ces nouvelles mesures modifient l’arrêté du 13 mars autorisant par dérogation la mise à disposition sur le marché et l’utilisation temporaires de certains produits hydro-alcooliques utilisés en tant que biocides désinfectants pour l’hygiène humaine (25/03/2020).

L’Association nationale des maires de communes thermales (ANMCT) apporte son soutien au CNETh (Conseil national des établissements thermaux) et à l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) dans leur demande de reconnaissance d’un état de catastrophe sanitaire. Objectif poursuivi : mobiliser les compagnies d’assurance, afin de débloquer une indemnisation des effets « non assurables » de la filière thermale et hôtelière, lourdement affectée par la crise liée au coronavirus COVID-19. Selon l’association, ces démarches sont appuyées par le groupe d’études sur le thermalisme à l’Assemblée Nationale et par de nombreux sénateurs (20/03/2020).

La marque premium Olivier Claire– créée par Olivier Couraud – a fait son entrée tout récemment au spa du George V (Four Seasons) à Paris. Cette griffe aux ingrédients bio et naturels y cohabite avec Dr Burgener et Swiss Perfection et remplace la marque bio Alaena. Spécialisée dans l’anti-âge, elle signe des soins visage et corps, en plus de soins signature développés spécifiquement pour l’espace bien-être (12/03/2020).

L’hôtel Golden Tulip Le Grand Bé**** (56 chambres dont 4 suites), à Saint-Malo, revisite son spa deux ans à peine après son inauguration. Niché sous des voûtes en pierre datant du 17ème siècle, cet espace de 180 m² est en cours de réaménagement sous la houlette de l’architecte Philippe Lucazeau, qui a également signé l’hôtel. Lorsqu’il rouvrira en mai prochain, il abritera trois cabines de soins (dont une double) au lieu d’une seule cabine initialement, un sauna, un espace de détente et un fitness. Le hammam et les douches sensorielles ont en effet été supprimés. Pour les soins, l’établissement a conclu un accord avec la marque malouine Phytomer (10/03/2020).

La marque Cinq Mondes poursuit son implantation à travers le monde. Présente dans 1000 spas partenaires dans plus de 20 pays, elle a fait son arrivée au Club Med Michès Playa Esmeralda en République Dominicaine, au Wyndham Doha West Bay***** (300 m², 8 salles de soins), au Delphino Hotel**** de Massa Lubrense en Italie et au Grand Hotel Bristol Resort & Spa**** Rapallo, toujours en Italie (4 cabines, sauna, hammam, piscine avec jets massants… 10/03/2020).

Le Mas Candille*****, à Mougins, a signé un accord de partenariat avec Phytomer. A partir d’avril, quatre soins visage et corps seront proposés à la carte : Oligoforce Lumière, Hydra Originel, Sculpt Zone et Trésor des Mers. L’arrivée de Phytomer fait suite à celle de la marque britannique Espa au sein de ce spa de 400 m², il y a plus de trois ans. Un vrai virage : jusqu’en juillet 2016, le spa du Mas Candille avait fonctionné pendant des années avec Shiseido (10/03/2020).

La marque naturelle L’Odaïtès aux extraits de date poursuit son incursion dans l’univers du spa. Depuis le mois de janvier, elle est présente dans le spa de poche de l’hôtel parisien La Belle Juliette**** aux côtés de Maria Galland et de Phytomer (06/03/2020).

Le 50ème Congrès International Esthétique & Spa change de date pour cause de coronavirus. Prévu initialement début avril, comme chaque année, l’événement organisé par les Nouvelles esthétiques se tiendra finalement du 3 au 5 octobre prochain. Le lieu change également : rendez-vous à Paris-Nord Villepinte, hall 4 (06/03/2020).

Le groupe France Thermes a conclu un partenariat avec la marque bio Beauty Garden (groupe Sothys), dans le cadre de l’inauguration prochaine de l’Aïga Resort Thermal à Châtel-Guyon en région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette griffe très puriste, à base de plantes de saison, sera utilisée au sein du spa thermal de 3000 m² et vendue dans la boutique. Ouverture prévue le 27 avril (05/03/2020).

Le Tigre Yoga Club d’Elodie Garamond poursuit son incursion dans l’univers du spa hôtelier. Cette fois-ci, c’est au sous-sol du nouveau boutique-hôtel Monsieur George*****(46 chambres et suites), à Paris 8ème, que se niche un petit spa by le Tigre (avec 2 cabines de soins, un sauna japonais, un hammam et un fitness de poche). Au programme : cours particuliers de yoga en chambre, soins esthétiques et massages de bien-être, dont le soin signature du Tigre et le massage Beauté Visage du Tigre. Ce nouvel établissement est signé Anouska Hempel pour son design. Il complète la collection des hôtels Monsieur qui se compose déjà de Monsieur Cadet, Monsieur Saintonge et Monsieur Helder à Paris (02/03/2020).

Les Thermes Chevalley (Valvital) planchent sur le projet d’un nouveau spa de 1000 m² (au lieu de 300 m² aujourd’hui) pour le printemps 2021 et d’une résidence de 100 logements sur le modèle de la Villa Thermae de Thonon. L’investissement projeté s’élève à 12 millions d’euros, dont 4 millions pour le spa. Objectif poursuivi : augmenter la capacité d’accueil de 600 curistes supplémentaires et atteindre 30 000 curistes d’ici deux ou trois ans (25/02/2020).

L’institut Dior du palace Es Saadi à Marrakech s’est refait une beauté. Neuf ans après son aménagement au sein du spa de 3000 m², il a fait l’objet d’une rénovation tout récemment, pour se parer des nouveaux codes de la griffe du groupe LVMH. Teintes naturelles, tons or et Champagne des murs en stucco, sol en marbre de carrare : l’institut occupe une surface de plus de 50 m² et se compose toujours d’un salon d’accueil, d’une salle dédiée à la vente des produits, de deux vastes cabines (dont une duo) et d’un salon particulier ouvrant sur une terrasse. Le spa et l’institut Dior fêteront leurs dix ans tout ronds en décembre prochain (27/01/2020).

Le boutique hôtel L’Île de la Lagune Thalasso & Spa, à Saint-Cyprien (66), évolue en ce début d’année. Outre l’extension de sa partie hébergement, l’établissement du groupe Roussillhotel s’apprête à rouvrir son restaurant avec un nouveau chef à sa tête. Frédéric Bacquié prend en effet le relais de Christophe Schmitt, qui a hissé L’Almandin jusqu’à l’étoile au Guide Michelin en 2018 et lui a permis d’intégrer le label Relais & Château. Un retour aux sources : Frédéric Bacquié a fait ses armes aux côtés de Jean-Paul Hartmann, chef étoilé de L’Almandin à sa création, avant de passer chez Christopher Coutanceau à la Rochelle (2 étoiles) ou de diriger la cuisine du restaurant La Balette, à Collioure (27/01/2020).

 

Les commentaires sont fermés sur cet article.