Accueil » Le Magazine • Business & communication

Codage soigne son implantation dans les spas

4 février 2017 1 commentaire

Spa-codage-hotel-roch-parisIls sont frère et sœur, et ils ont évolué dès leur plus jeune âge dans un univers familial où la santé et la beauté occupaient une place de choix. Julien et Amandine Azencott sont les créateurs de la jeune marque française Codage. Après avoir démarré en 2010, cette griffe inspirée de l’officine et de la chimie connaît un développement accéléré dans l’univers du spa depuis quelques mois. «Son arrivée dans les spas remonte à 2016, au Roch Hôtel & Spa décoré par Sarah Lavoine à Paris. En 2017, nous allons concentrer nos efforts de développement sur le circuit professionnel», indique Laurent Maudet, responsable commercial France.

julien-amandine-azencott-codageParmi les dernières ouvertures, le Chalet du Mont d’Arbois à Megève, où la marque succède à Sisley. Depuis peu, Codage est également implantée dans 13 des 27 spas Ô des Cimes (ex-Decleor) au sein des résidences CGH, suite à un partenariat conclu en décembre. Elle signe aussi depuis quelques jours la carte du nouveau spa du Pavillon de la Reine (ex-Carita) à Paris. Et elle fera très bientôt son apparition au spa de l’hôtel Les Bories (ex-Anne Sémonin), à Salon de Provence, ainsi qu’au spa du golf de Saint-Cloud qui doit ouvrir ses portes ce trimestre-ci. «Nous avons d’autres très beaux projets, à Paris notamment», dévoile le responsable.

soins-codagePour mener à bien son développement, la griffe peut s’appuyer sur ses lignes de cosmétiques «prêt-à-porter». Soit plus de 20 produits pour le visage, dont une collection de sérums en flacons-pipettes, et sept références corps depuis l’automne dernier. Tous sont élaborés en interne par une R&D intégrée. Les formules naturelles à 90% sont composées dans les laboratoires niçois de Codage à partir de 23 nutri-éléments qui combinent tous plus ou moins trois actifs. Pour les identifier, la griffe a imaginé un système de code inspiré des symboles chimiques : Hy pour hydratation, Fe pour fermeté, Ri pour antirides, Aa pour anti-âge global… Les prix restent accessibles : entre 69 euros et 89 euros (prix public) le sérum 30 ml (175 € l’Anti-âge Suprême), 59 € une crème de jour 50 ml…

Parallèlement, Codage peut également s’appuyer sur son offre «couture», qui est à l’origine de la marque en 2010. A côté de ses lignes «prêt-à-porter» sorties en 2012, des sérums sont en effet formulés sur mesure, afin de répondre aux besoins spécifiques de chaque client. Ils sont élaborés à partir d’un diagnostic personnalisé, réalisé dans le point de vente, et contiennent jusqu’à 70% d’actifs purs. Besoins décodés, beauté personnalisée : un argument marketing de poids dans le secteur du spa et de l’institut.

maison-codage-parisSix ans après son lancement, Codage est désormais implantée dans une vingtaine de pays. En France, elle totalise une centaine de comptes, dont 70% d’instituts et de spas haut de gamme. Ailleurs, elle est présente chez des dermatologues, dans des cliniques et dans une trentaine de parfumeries Marionnaud (avec cabines). «Nous voulions voir comment Codage vit dans cet environnement, à côté d’autres marques», note. Depuis septembre 2015, elle bénéficie également d’une belle visibilité dans son flagship parisien de 75 m², au cœur du Marais (photos). Sa localisation : rue du trésor. Prémonitoire… ?

Anne Autret

soins-codage

1 commentaire »

  • MAUDET :

    Merci Anne pour ce très bel article.
    A bientôt j’espère
    Laurent

Laissez un commentaire !

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.