Accueil » Le Magazine • Business & communicationZoom sur ...

France Thalasso travaille sur la reprise

5 mai 2020 Pas de commentaire

Pendant que le gouvernement et les pouvoirs publics planchent sur les mesures encadrant le déconfinement, les organisations professionnelles se mobilisent pour réfléchir sur les mesures barrières indispensables à la reprise, mettre en place les nouvelles organisations par métiers en tenant compte de la réglementation. Et imaginer « la vie d’après »… France Thalasso n’est pas en reste. Quelque 37 établissements français sur 49 au total dans l’Hexagone sont adhérents du syndicat national professionnel de la thalasso. Depuis 2016, il est présidé par le Dr Marie Perez Siscar, qui a repris Côté Thalasso Banyuls et Côté Thalasso Ars-en-Ré. Le point avec la dirigeante.

L’Actu Spa : Comment vous organisez-vous pour aider le secteur de la thalasso à sortir du confinement ?
Dr Marie Perez Siscar : Nous sommes très actifs avec les adhérents et le bureau de France Thalasso. Nous avons créé un groupe WhatsApp pour tenir informés nos adhérents de l’évolution de la situation et pour répondre à leurs questions, et le bureau se réunit par visioconférence tous les vendredis à 14h00, pour échanger sur l’actualité et préparer la reprise des activités. Le secteur du tourisme et de la thalasso est très touché, c’est peu de dire qu’il nous faudra de longs mois pour nous remettre financièrement de cette crise. Pour mettre toutes les chances de notre côté, nous avons intégré le Comité filière tourisme du gouvernement : il est nécessaire de faire entendre notre voix, et je pense que les pouvoirs publics attendent aussi que les solutions viennent de la base pour organiser le déconfinement. France thalasso a rejoint l’UMIH (Union des métiers et des Industries de l’Hôtellerie) l’année dernière, et nous marchons dans son sillage pour toutes les questions concernant l’hôtellerie et la restauration.

AS : Quid des gestes barrières et des nouveaux process dans vos différents métiers ?
Dr Marie Perez Siscar : Plusieurs groupes de travail ont été créés au sein de France Thalasso pour élaborer des fiches métiers par activités, et voir comment les gestes barrières et les nouvelles pratiques sanitaires peuvent être mis en place dans nos établissements. C’est un travail énorme, car tout était à faire, sachant que nos établissements abritent trois types d’activités à la fois différentes et interdépendantes : l’hôtellerie, la restauration et la thalasso. Tout le monde s’y est mis ! Ce guide opérationnel a d’ores et déjà été fourni à nos adhérents ; il intègre les fiches métiers de l’UMIH qui ont été présentées au Secrétaire d’Etat au Tourisme. Nous souhaitons tous apporter une réponse sérieuse à nos collaborateurs, qui ont des inquiétudes, et à nos clients, qui attendent une réouverture totale de nos sites.

AS : Des questions se posent notamment sur l’éventuelle transmission du virus dans les bassins et l’eau de mer…
Dr Marie Perez Siscar : C’est exact, l’Ifremer étudie la question mais pour l’instant, nous n’avons aucun élément d’information. Ce que nous savons, c’est que le virus du Covid-19 est enveloppé : il est donc plus fragile et moins résistant, surtout lorsqu’il s’agit d’eau de mer. L’eau de mer est censée être bactériostatique, virostatique et mycostatique, du fait de sa composition et de sa haute teneur en sel. Le problème, c’est qu’il n’y a pas d’étude scientifique qui l’atteste ou qui prouve le contraire… ! A titre personnel, je ne vois pas comment le virus – qui se transmet par voie aéroportée – pourrait être transporté par l’eau. Nos bassins et nos locaux sont soumis à la réglementation piscine en matière d’hygiène et de la qualité de l’eau : ils sont donc désinfectés et contrôlés régulièrement. Le principal risque, à mon sens, c’est que les gens soient éventuellement atteints par l’émission de postillons, comme partout ailleurs… Au-delà de l’aspect sanitaire, c’est une vraie source de questionnements et d’inquiétude pour nous : si les clients n’ont pas accès aux piscines et aux plages, viendront-ils dans nos établissements, notamment là où il n’y a pas suffisamment de passages pour remplir les chambres et les restaurants ? Si notre taux d’occupation plafonne à 20%, ce n’est tout simplement pas possible pour nous. Une autre question se pose : quid de la concurrence des Airb&b, qui échappent à la fiscalité et qui ne sont soumis à aucun contrôle sanitaire… ?

AS : Allez-vous communiquer pour rassurer et recruter de la clientèle ?
Dr Marie Perez Siscar : Oui, nous avons l’intention de lancer une campagne de communication post-covid, dès que nous en saurons plus sur nos dates de reprise et sur les modalités de cette reprise. La thalasso est un vecteur de croissance pour les territoires et un élément de prévention santé. Nous avons choisi l’agence de communication Amicalement Vôtre pour faire passer ces messages à la télévision (sur France 2 et France 3) et à la radio (RTL, RFM..). Et pour relancer le secteur !

Propos recueillis par Anne Autret

Laissez un commentaire !

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.