Accueil » à la uneLe Magazine • Business & communication

Le label Fair for Life révise son référentiel

28 juin 2022 Pas de commentaire

Le référentiel Fair for Life, label international de commerce équitable lancé en 2006 par Ecocert, a fait l’objet d’une révision et le secteur cosmétique est particulièrement concerné. Depuis début juin, le mode de calcul pour définir le taux d’ingrédients issus du commerce équitable a en effet évolué. « Le label Fair for Life a été pensé pour l’alimentaire, explique Pauline Raffaitin, manager de la business unit maison et soin de la personne chez Ecocert. Cette nouvelle version a pour vocation de s’adapter aux formulations cosmétiques. Elle est plus pertinente, n’autorise pas de nouveaux ingrédients qui n’étaient pas labellisables auparavant, et ne diminue pas le niveau d’exigence, au contraire. Le label doit rester un gage de qualité et une garantie pour l’ensemble des acteurs et les consommateurs ».

Les nouvelles règles de Fair for life

Ce qui change ? Avant la mise en œuvre des nouvelles règles, tous les ingrédients entrant dans les formules cosmétiques étaient pris en compte, à l’exception de l’eau, du sel et des minéraux (qui ne sont pas labellisables). Désormais, l’ensemble des ingrédients non certifiables sont exclus. A savoir : les composants pétrochimiques (dont les conservateurs autorisés par le label Cosmos*), les ingrédients d’origine naturelle complexes (esters, tensio-actifs…) et certains ingrédients issus des biotechnologies. Dans le même temps, le pourcentage exigé pour pouvoir décrocher le label a été revu à la hausse.

Ainsi, pour obtenir le niveau 1 (contient des ingrédients équitables, logo sur le côté ou le dos des packs), le taux d’ingrédients issus du commerce équitable s’établit désormais à 20-80% sur l’ensemble des ingrédients agricoles certifiables. Jusqu’ici, il était de 10-70% sur l’ensemble des ingrédients (hormis l’eau, le sel et les minéraux). Pour obtenir le niveau 2 (produit équitable, logo sur le facing des emballages), le pourcentage s’élève à 80-100% (versus 70-100% auparavant).

Eviter le fair washing

Cette révision du référentiel intervient alors qu’en France, la loi Climat & Résilience vient consolider le cadre réglementaire en matière de commerce équitable. Le texte entrera en application au 1er janvier 2023 et à l’article 275, il est prévu que le commerce équitable soit reconnu dans sa dimension sociale et écologique. En outre, le recours à un label reconnu par l’Etat sera obligatoire pour toutes les entreprises s’en réclamant.
Autrement dit : les marques qui souhaitent revendiquer le caractère équitable d’un de leurs ingrédients devront s’engager dans une démarche de labellisation. Un changement structurant pour le secteur et un atout supplémentaire pour lutter contre le fair washing. « Actuellement, il n’existe pas de label public sur le commerce équitable. Les principaux labels présents en France sont issus d’initiatives privées et/ou associatives. Ils sont tous membres du collectif Commerce Equitable France, qui est un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics sur ce sujet. Dans le secteur cosmétique, Fair for Life est le plus pertinent », estime la responsable.

33 marques de cosmétique françaises

A ce jour, les filières équitables du secteur cosmétique proposent près de 80 ingrédients Fair for Life en provenance de 27 pays, y compris de pays européens. Parmi les matières premières principales : le beurre de karité, l’huile d’argan, l’aloé vera, le moringa, l’huile de coco et l’huile de sésame. Mais il est également possible de se fournir en d’autres beurres (avocat, cacao, palmiste…), huiles (baobab, macadamia, amande, abricot, jojoba, ricin), huiles essentielles (tea tree, géranium, rose, vétiver, patchouli, ylang ylang…) et extraits végétaux (aloé vera, maca…). « C’est parce qu’il y aura de nouveaux partenaires prêts à s’engager humainement et économiquement dans des filières que de nouveaux ingrédients équitables pourront voir le jour. C’est une tendance qui devrait être renforcée à l’avenir », anticipe Pauline Raffaitin.

Pour rappel : chaque maillon de la filière équitable, du producteur de la matière première jusqu’au produit fini, doit s’engager dans la démarche Fair for Life pour pouvoir bénéficier du label. En France, seules 33 marques de cosmétique le sont (parmi lesquelles L’Occitane, Centella…), et près de 350 références certifiées Cosmos sont labellisées Fair for Life. « La détention du label Cosmos n’est pas un prérequis mais dans les faits, 98% des produits labellisés Fair for Life le sont aussi », note Pauline Raffaitin. Leurs ventes ont généré un chiffre d’affaires de 52 millions d’euros HT en 2021. Les marques ont deux ans pour se conformer aux nouvelles dispositions.

Anne Autret (visuels : copyright Ecocert)

* acide benzoïque et ses sels, alcool benzylique, acide salicylique et ses sels, acide sorbique et ses sels, acide déhydroacétique et ses sels.

 

Laissez un commentaire !

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.