Accueil » Le Magazine • Business & communicationZoom sur ...

Le Laboratoire Gilbert et Cinq Mondes font cause commune

12 juin 2020 Pas de commentaire

C’est un nouvel élan qui est donné à la société créée par Jean-Louis Poiroux et Nathalie Bouchon-Poiroux… Lancée en 2001, Cinq Mondes devrait connaître un coup d’accélérateur, après l’introduction du Laboratoire Gilbert (groupe Batteur) dans son capital. L’arrivée de ce nouvel actionnaire de référence date du 14 février « dans le cadre d’un partenariat équilibré », indique Jean-Louis Poiroux sans plus de précision. Un apport de taille étant donné la force de frappe du groupe normand, à la fois laboratoire pharmaceutique et fabricant de cosmétique : Algotherm, c’est lui, en plus de son activité de fabrication à façon.

Depuis longtemps, le groupe Batteur est également le propriétaire de la Thalasso Deauville by Algotherm. Et pendant plusieurs années, il a été actionnaire de la société de conception et d’exploitation de spas et de thalasso Deep Nature, fondée par Julien Patty. C’est dire si ce rapprochement a du sens. « Nous allons bénéficier des moyens supports du Laboratoire Gilbert : outil informatique, unités de production, logistique performante, ERP, force de vente… Cela nous fait faire un bond en avant très important », précise Jean-Louis Poiroux, qui conserve la présidence de Cinq Mondes et de Biovive, la petite dernière lancée en mai 2019.

Désormais, certains produits Cinq Mondes et Biovive seront donc fabriqués dans les sites de production du groupe. « Nous allons y aller progressivement et la totalité de nos produits n’est pas concernée. L’enjeu est d’avoir une capacité de production plus importante, elle sera la bienvenue sur certaines références », détaille-t-il. Des synergies sont également à l’oeuvre pour la commercialisation des marques. A Cinq Mondes revient aujourd’hui la charge de référencer Algotherm dans les spas et les instituts de beauté en France. Quant aux forces de vente du Laboratoire Gilbert, elles devront booster l’implantation de Biovive dans le réseau officinal.

De quoi poursuivre le développement de Cinq Mondes, pionnière du spa en France, accélérer le déploiement de Biovive et dynamiser Algotherm, qui avait abandonné du terrain à la concurrence ces dernières années. « Algotherm est en pleine rénovation. C’est une jolie marque, qui va de plus en plus vers la naturalité et qui bénéficie d’actifs brevetés. Dans les nouveaux produits, plus de 95% des ingrédients sont naturels », explique le dirigeant. Pour l’heure, la griffe aux actifs marins et aux prix moyen de gamme se compose d’une soixantaine de références. Elle est présente dans 250 points de vente en France, à parts plus ou moins égales entre le circuit professionnel et la pharmacie. Des nouveautés visage et des nouveaux soins cabine sont annoncés pour septembre prochain.

De son côté, Biovive totalise 11 références certifiées Cosmos Organic et porteuses du label Origine France. Lancée il y a un an tout rond, cette jeune pousse positionnée sur le segment porteur de la cosmétique bio engagée emprunte une diffusion multi-canal. Ses prix publics oscillent entre 19 € et 49 €, et elle est implantée dans quelque 380 points de vente en France, dont 190 spas et instituts, 180 parfumeries Beauty Success, quelques Monop’Beauty, Le Printemps… On la trouve aussi dans une vingtaine de pharmacies, un circuit prometteur étant donné la force de vente du Laboratoire Gilbert.

Enfin, Cinq Mondes est désormais présente dans 1000 spas et instituts à l’international, dont la moitié sur le territoire national. 18 spas sont gérés en franchise et 4 sont exploités en propre (à Paris, photo ci-dessous, Lyon, Marrakech et l’Ile Maurice) à travers le monde. L’inauguration d’un cinquième espace bien-être géré en propre est prévue en février 2021 dans un lieu emblématique de Paris. Dans l’intervalle, la marque aura fait son entrée au Club Med des Seychelles au mois d’octobre, après avoir fait de même en République Dominicaine. Entre autres. Elle bénéficie aussi toujours d’une belle vitrine au Beau Rivage Palace de Lausanne, où le spa vient de rouvrir ses portes après de gros travaux.

Selon Jean-Louis Poiroux, le chiffre d’affaires de Cinq Mondes a progressé d’environ 10% en 2017, 2018 et 2019, grâce à la poursuite des ouvertures, conjuguée à sa capacité d’innovation. L’enjeu, il y a quelques années, était d’en faire une marque de soin à part entière et de sortir de son image de spécialiste du soin du corps, afin de dynamiser les ventes retail et de valoriser l’offre. Pari réussi : aujourd’hui, les soins du visage génèrent 60% du chiffre d’affaires produits, et l’anti-âge est devenu son premier pilier en termes de chiffre d’affaires et de rentabilité, révèle le dirigeant.

Cette stratégie – relativement classique – a culminé en 2018 avec le lancement de la crème anti-âge Géto Suprême : cinq ans de recherche, un ingrédient breveté et un prix on ne peut plus premium : 290 € le pot 50 ml. « Il s’agissait de notre première incursion dans le très haut de gamme, et c’est notre première référence en valeur depuis son lancement », détaille-t-il. Un contour des yeux a suivi en septembre dernier et dans un même souci d’innovation, la marque s’apprête à lancer dans les prochains jours un Fluide Multi-Protecteur Teinté SPF 50 PA****, composé à 98% d’ingrédients naturels. Deux exemples parmi d’autres. Aujourd’hui, Cinq Mondes signe 72 produits dont 38 pour le visage. Une dizaine sont certifiés bio et tous trouvent leur source dans les différents rituels de beauté du monde, la « patte » et le signe distinctif de la griffe. Algotherm, Biovive, Cinq Mondes : un portefeuille à la fois diversifié et complémentaire, avec la naturalité pour tronc commun.

Anne Autret

Laissez un commentaire !

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.